Les allemands : « Oui, l’or est une monnaie »

Il y a quelques années encore, les pays qui rapatriaient leur or avaient droit à un « battage médiatique », mais dès que les choses revenaient à la normale, nous n’entendions plus parler de ces rapatriements d’or.

La semaine dernière, l’Allemagne a annoncé l’accélération du rapatriement de ses réserves d’or stockées à l’étranger. Le pays a dorénavant rapatrié tout l’or qu’il souhaitait des coffres de New York. Il lui reste désormais à rapatrier plus que 91 tonnes depuis Paris.

Une fois que les 91 tonnes restantes seront de retour à Francfort, l’Allemagne coupera ses relations avec le dépositaire à Paris et son or restera dans des coffres à Francfort, Londres et New York. Environ 50% des réserves allemandes d’or seront conservées à l’intérieur du pays.

Il est intéressant de voir la façon dont l’Allemagne insiste sur le fait qu’elle a reçu de l’or « réel ». La Bundesbank souhaite couper court à toutes spéculations possibles. La Banque centrale allemande a promis de publier, jeudi, une liste des lingots d’or pour confirmer quelles barres ont été « renvoyées à la maison » par la Fed de New York, où les barres étaient détenues aux États-Unis.

On en viendrait presque à croire que la Bundesbank essaie de « trop » convaincre la population qu’elle a vraiment récupéré le métal jaune de New York. En effet, si cela avait été une transaction normale (après tout, cela devrait être le cas, « vous avez notre or, veuillez nous le rendre! »), pourquoi la Bundesbank en fait des tonnes sur le fait de l’avoir rapatrié. Le président a effectivement exposé des barres d’or, et a montré des photos des coffres allemands à New York, comme vous pouvez le voir sur cette photo.

On commencerait presque à croire qu’ils ont eux-mêmes été surpris de récupérer l’or ! Et on commencerait presque à croire que l’or est précieux, contrairement à la rhétorique utilisée après la crise financière mondiale « l’or n’est pas une monnaie ».

Si l’or n’avait pas de valeur monétaire – comme les banques centrales voulaient nous le faire croire – pourquoi les Allemands en ont fait une affaire d’État ?

Peut-être parce que l’or est une monnaie et qu’il reste une assurance non seulement contre l’inflation, comme nous l’avons dit au cours des dernières semaines, mais aussi contre l’incertitude politique. Alors que l’élection de Donald Trump était initialement considérée comme une bonne décision pour l’économie américaine, plusieurs plans que le président voulait appliquer restent encore incertains et flous.

L’une des propositions était de permettre aux entreprises de rapatrier l’argent qu’elles détiennent dans leurs filiales étrangères vers les États-Unis. Le revenu fiscal lié à un tel rapatriement renforcerait les revenus du gouvernement américain, et il encouragerait également les entreprises américaines à investir (une grande partie) dans l’économie nationale.

C’est un excellent plan qui aura certainement un impact positif sur l’emploi et la croissance interne, mais les investisseurs espéraient déjà voir un véritable « plan ».

La Réserve Fédérale semble avoir l’intention de faire une nouvelle hausse des taux d’intérêt en mars, mais il est intéressant de voir que le marché n’en croit pas un seul mot (selon le marché, la probabilité de voir une hausse des taux est très faible, comme vous pouvez le voir sur le graphique précédent). Avec une probabilité de voir une hausse des taux inférieure à 18%, les investisseurs semblent assez certains qu’il faudra du temps avant que cela se produise.

Le marché estime à 56% que la Réserve fédérale n’augmentera pas les taux d’intérêt en mai. Ce n’est qu’après juillet 2017 que le marché anticipe une hausse des taux à 75%.

C’est une période très intéressante et l’or s’est encore renforcé ces derniers jours grâce aux tensions politiques qui restent élevées. En période d’incertitude, les gens se tournent vers l’or comme un refuge sûr. La Bundesbank aussi.

Source : http://www.zerohedge.com/news/2017-02-19/germans-yes-gold-money

This entry was posted in Actualité. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *