Jim Rickards & Mike Maloney sur la dévaluation du dollar, l’or et l’illusion monétaire

Mike Maloney: Bonjour, mon invité aujourd’hui est Jim Rickards.

Jim, je voudrais tout d’abord vous remercier vivement pour vos apparitions dans notre vidéo Hidden Secrets of Money. En fait, vous y êtes dans quatre épisodes où vous y teniez le rôle principal, et je voulais vous remercier pour cela, et aussi pour les tweets que vous avez écrits à ce sujet.

Vous avez un curriculum extraordinaire… Vous êtes gestionnaire de portefeuille chez West Shore Group, partenaire chez Tangent Capital, vous avez détenu des postes importants chez Citibank, vous avez été impliqué dans la prise d’otages en Iran, en 1981, vous avez été conseiller général pour Long Term Capital Management, négociateur principal durant leur bail-out en 1998, par la Réserve Féderale… Les gens ne se doutent pas à quel point nous sommes passés près d’un gel total du système monétaire… et vous étiez un de ceux qui ont sauvé la barque et contribué à ce que tout puisse continuer. Vous êtes consultant pour la communauté de renseignements des États-Unis et pour le département de la Défense. Et vous êtes l’auteur du best-seller Currency Wars, the Making of the Next Global Crisis, et maintenant, vous sortez un nouveau livre, The Death of Money, the Coming Collapse of the International Monetary System. J’ai une théorie : vous êtes, en réalité, des triplets qui se font passer pour un seul individu! Personne ne pourrait accomplir autant de choses dans sa vie!

Premièrement, comment y arrivez-vous… et parlons de votre livre. Vous disiez que vous gériez un fonds mutuel et un hedge fund en ce moment….

Jim Rickards: D’une certaine manière, ma carrière est un miroir de l’évolution du système monétaire. J’ai débuté comme banquier commercial, dans les années ’80, j’ai fait le saut dans le secteur bancaire d’investissement, j’ai travaillé pour un primary dealer (spécialiste en valeurs du Trésor)… Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un primary dealer: quand la Réserve fédérale « imprime » de l’argent, ils le font en achetant des titres obligataires – vous l’avez illustré parfaitement bien dans vos vidéos – mais la Fed ne fait pas cela avec n’importe laquelle banque. Vous devez figurer sur la liste approuvée, et il n’y a qu’une vingtaine de banques sur la liste. On les appelle des primary dealer. Les conseillers principaux chez les primary dealers, ont plusieurs amis à la Fed. Lorsque l’on regarde les réponses de la Fed aux crises, ils disent une ou deux choses. Un, ils ne l’ont jamais vu venir. Lorsqu’ils réalisent que la crise a débuté, ils sous-estiment sa magnitude. Et, quand ils en réalisent la magnitude, ils en sous-estiment la durée. Et, quand ils en réalisent la durée, ils en sous-estiment le momentum. Vous vous dites, alors, comment peuvent-ils toujours se tromper ainsi? Ils ne sont pas stupides… ils ont des quotients intellectuels de 168, 170, ils sont beaucoup plus brillants que moi…alors comment peuvent-ils toujours se tromper? Et la réponse est qu’ils utilisent les mauvais modèles. Si vous utilisez les mauvais modèles, votre degré d’intelligence n’a pas d’importance. Vous allez obtenir la mauvaise réponse à chaque fois. Si je tiens cette plume et que mon modèle me dit que, si je la lâche, elle va monter au plafond, c’est mon modèle… et bien, devinez (il laisse tomber sa plume)… elle tombe sur le bureau. Alors, vous devez utiliser le bon modèle, et la Fed ne l’a pas, et c’est une partie du problème.

Mike Maloney: Expliquez-nous quelle est la différence entre Keynes… non, pas la différence, mais parlez-nous des politiques économiques Keynésiennes et de l’illusion monétaire…

Jim Rickards: L’illusion monétaire, ce dont je parle dans mon livre, et John Maynard Keynes en a parlé aussi… L’illusion monétaire est la première phase avant l’impression monétaire, avant que l’inflation ne devienne apparente. Elle vient avec un côté rassurant et, vous savez… personne ici n’approuve l’usage de drogues, mais un usager dirait que la drogue lui fait tout d’abord du bien, et alors vous devenez accroc, et ensuite vous finissez dans un fossé, mort d’une overdose. L’inflation est quelque peu similaire. Au début, elle fait du bien, mais lorsque qu’elle s’emballe, on en perd le contrôle, et de la richesse est détruite. Cela finit toujours mal. Maintenant, nous sommes dans la phase d’illusion monétaire, la phase rassurante… l’inflation semble faire du bien, le marché immobilier est en hausse, mais quand la Fed imprime de la monnaie, cette monnaie doit aller quelque part… elle n’apparaît certainement pas encore dans les prix à la consommation, elle apparaît dans les prix de l’immobilier, mais c’est un bon exemple, et j’écris sur ce sujet dans mon livre, au chapitre 7. C’est l’inflation des années ’60 et ’70… vous savez, l’impression monétaire, l’assouplissement monétaire, a vraiment débuté vers 1966-67, durant la guerre du Vietnam. Mais les gens n’ont pas été inquiétés par l’inflation avant 1973; cela a pris six ans d’assouplissement monétaire, et l’économie semblait bien aller avant que, soudainement, l’inflation devienne incontrôlable… elle devint vraiment hors contrôle à la fin des années ’70, de 1977 à 1981, alors que l’inflation atteignait 50%… cinq-zéro. Le dollar perdit la moitié de son pouvoir d’achat en une très brève période. Et là, avec la règle Volcker, les élections, Reagan fut élu et créa un environnement plus accommodant pour les entreprises en baissant les taxes, en réduisant les règlementations, en lançant le message au monde entier que les États-Unis n’allaient pas détruire la richesse, mais bien qu’ils allaient en créer. Les États-Unis sont devenu un aimant pour les épargnants à travers le monde, parce que nous payions aux épargnants de hauts taux d’intérêt et les taxes étaient plus basses pour les entrepreneurs… c’était une bonne combinaison. Mais l’inflation n’a pas été contrôlée avant 1986. Alors, sur une période de vingt ans… en 1966, elle était de 1.7%, et en 1986, elle était presque au même niveau, environ 1.6%. Alors vous avez un aller-retour de vingt ans mais, pendant cette période, elle a atteint 13%, avant de retomber à 1.6%. Cela démontre combien de temps cela peut prendre… Mais l’illusion monétaire est la première phase, quand il semble que les choses vont bien, tandis qu’elles se dirigent vers une détérioration. Mais le problème que j’ai avec cela, c’est que l’investisseur intelligent se positionne pour en tirer avantage, comme les gestionnaires de fonds, de hedge funds…, ce sont ceux qui tirent bénéfice de l’illusion monétaire. Les autres, les citoyens, sont perdants, vous savez. Ils paient plus cher, de plus hauts prix à la consommation, et ils voient le pouvoir d’achat de leurs dollars s’éroder. On entend dire que le dollar a perdu plus de 95% de sa valeur depuis la création de la Fed en 1913. C’est un fait avéré que le dollar a perdu 95% de son pouvoir d’achat. Mais les économistes Keynésiens nous disent oui, bien sûr, et puis après? Les salaires ont augmenté, les dividendes ont augmenté, la Bourse a augmenté… alors, oui, le dollar a perdu de sa valeur, mais toutes ces autres choses ont augmenté et, en moyenne, les choses vont bien. Mais les choses ne sont pas « en moyenne » pour les gens. Vous avez des gagnants, vous avez des perdants, cela mène à des inégalités de revenu, et cela mène à des troubles sociaux. Donc, la moyenne semble bien se porter, mais les riches deviennent plus riches, et les citoyens ordinaires sont laissés pour compte. Et, selon moi, je crois que les gens ordinaires n’ont pas à être laissés pour compte. Ils peuvent se procurer de l’or… pour préserver leur pouvoir d’achat. Cela les aidera à préserver leur richesse, tout comme les gros investisseurs le font.

Mike Maloney: Une dernière question : Vous savez, quand les pays plongent profondément dans la dette, et quand ils ont des déficits commerciaux, leur solution a toujours été de dévaluer leur monnaie. Et ils le font en le dévaluant versus le dollar, qui constitue la monnaie utilisée par la majorité des pays. Mais si vous voulez dévaluer le dollar, comment faites-vous?

Jim Rickards: Dans Currency Wars, et c’était le sujet de mon livre, les États-Unis essaient de dévaluer le dollar US vis-à-vis d’autres devises mais, comme vous dites, les autres devises tentent de se dévaluer versus le dollar… vous ne pouvez pas avoir les deux qui se dévaluent en même temps, c’est une impossibilité mathématique. Alors, comme je le disais dans Currency Wars, les États-Unis essaient de dévaluer le dollar, et ce que nous disons aux Chinois, aux Brésiliens, aux pays du BRIC, c’est, vous devez l’avaler, vous devez renforcer vos économies mais, évidemment, ils ne veulent pas que leurs économies se renforcent, parce que cela fait mal à leurs exportations, cela nuit à leurs emplois, etc. C’est la raison derrière ces guerres monétaires. Cela se passait aussi dans les années ’20, les années ’30… Quand les pays sont en mauvaise posture, et que vous avez votre dollar que vous ne pouvez dévaluer, parce que tout le monde essaie de dévaluer par rapport à lui, il y a toujours une chose contre laquelle vous pouvez dévaluer, et c’est l’or… Parce que l’or ne peut combattre cette dévaluation… les devises peuvent combattre en imprimant plus, mais vous ne pouvez pas imprimer de l’or, vous ne pouvez pas en produire à partir de rien, alors l’or attend, tout simplement. Quand les pays sont désespérés, quand ils sont préoccupés par la déflation… on n’a qu’à écouter les banques centrales, écouter le FMI, pour se rendre compte qu’ils sont plus inquiété par la déflation que par l’inflation en ce moment. Quand les banques centrales sont plus préoccupées par la déflation que par l’inflation et que, malgré cela, ça ne fonctionne pas, la chose qu’il vous reste à faire est de dévaluer votre monnaie par rapport à l’or, en augmentant le prix de l’or en dollars. Ne soyez pas surpris si, à un moment, l’or grimpe à $5,000 l’once ou plus, comme je m’y attends… ne soyez pas surpris si c’est le gouvernement qui permet cela plutôt que le marché, parce que le gouvernement peut être tellement désespéré par l’inflation qu’il dévaluera le dollar par rapport à l’or, ce qui signifiera, bien sûr, un prix beaucoup plus élevé pour l’or.

Mike Maloney: C’est le type de scénario avec lequel on peut se lever, un matin, et c’est fait. Merci beaucoup, Jim! J’ai bien hâte à notre prochaine rencontre, au revoir.

Jim Rickards: Merci, au revoir.

 

 


 

This entry was posted in Actualité. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *