Un fossé historique : le ratio or-pétrole au cours des 160 dernières années

> Cette divergence a fait que l’or s’échangeait à près de 91 fois le pétrole en avril.

> Le ratio entre le prix de l’or et celui du pétrole est à un niveau jamais atteint depuis 160 ans.

Le ratio or-pétrole

L’année 2020 a marqué le début d’une nouvelle ère pour les prix de deux actifs historiquement importants : l’or et le pétrole.

Le marché a poussé ces deux actifs dans des directions opposées, rompant ainsi avec les modèles historiques. Cette année, l’or a dépassé les 2 000 $ l’once, tandis que les contrats à terme sur le pétrole sont même devenus temporairement négatifs au printemps. Le ratio or-pétrole nous indique combien de barils de West Texas Intermediate (WTI) sont nécessaires pour acheter une once d’or, servant d’indicateur basé sur les prix de la valeur relative de ces deux actifs importants.

Historiquement, le ratio oscillait en moyenne entre 10:1 et 30:1. Cette année, il a dépassé 90:1.

Voici un aperçu du prix de l’or et du pétrole au cours des six derniers mois :

L’histoire de l’or

Le mantra traditionnel nous dit que l’or est un investissement alternatif, une valeur refuge, dont le prix s’apprécie en période d’incertitude économique et financière.

Sa quantité limitée et ses propriétés de stockage physique servent de couverture à une grande partie de la finance moderne qui est de plus en plus numérique.

La pandémie Covid-19, un ralentissement de l’activité économique, et les plans de relance axés sur la dette implémentés par les gouvernements du monde entier, sont autant de facteurs qui ont contribué au récent rallye de l’or.

L’histoire du pétrole

À l’autre extrémité se trouvent les marchés pétroliers, qui sont confrontés à des vents contraires à court et à long terme. La demande de pétrole à long terme s’est progressivement réduite, à mesure que les sociétés renforcent leurs initiatives en matière d’énergies alternatives et vertes.

La diminution de l’activité pendant la pandémie a été le choc à court terme. Par conséquent, les contrats à terme sur le pétrole sont devenus négatifs au printemps, Chevron a subit une perte de 8,3 milliards $ au deuxième trimestre et Exxon a été bouté du Dow Jones.

Alors que les marchés s’adaptent à la volatilité de 2020, seul le temps nous dira ce que l’avenir réserve au ratio or-pétrole.

Source : Visual Capitalist

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *