Les métaux précieux, grands vainqueurs du premier semestre 2020

Chaque année, à cette époque, nous faisons le point sur les matières premières pour notre rapport bi-annuel. Cette année, il n’y a même pas eu de compétition.

Les métaux précieux ont été les grands gagnants des six premiers mois de 2020. L’or termine à la première place, avec une hausse de plus de 17%, suivi par l’argent, en deuxième position, avec une hausse de près de 2%. Le palladium complète le trio de tête.

Durant ces six mois, le platine – qui, comme le palladium, est utilisé dans la production de pots catalytiques antipollution – est resté largement à la traîne par rapport aux autres métaux alors que les ventes mondiales d’automobiles ont chuté en raison des mesures prises pour lutter contre le Coronavirus.

L’or dans un marché haussier séculaire… Prêt pour 2 000 $ l’once ?

L’or a connu une semaine phénoménale, enregistrant sa cinquième semaine consécutive de gains, les investisseurs cherchant une valeur refuge pour se protéger de la baisse des rendements des obligations d’État. Mardi, le métal jaune a franchi le niveau de résistance de 1 800 $ l’once pour la première fois depuis 2011. Mercredi, il a atteint son plus haut niveau depuis neuf ans, à 1 828 $, avant de baisser en raison des prises de bénéfices, mais il est clair pour la plupart des analystes que le métal précieux est dans un marché haussier séculaire.

Beaucoup prédisent maintenant des records historiques pour l’or dans les 12 prochains mois, et Goldman Sachs voit l’once atteindre 2 000 $, sous fond de « reprise inégale ».

Les analystes de Goldman ont déclaré dans une note aux investisseurs cette semaine "Investissez dans le cuivre, l’argent et l’acier et détenez toujours de l’or".

Les actions et les ETF adossés à l’or continuent d’enregistrer des afflux incroyables de capitaux pendant ce rallye. Les minières aurifères du NYSE Arca Gold Miners Index ont connu une hausse phénoménale de 145 % sur la période de 12 mois.

Pendant ce temps, les avoirs totaux des ETF adossés à l’or couramment négociés, s’élevaient à un record de 104,3 millions d’onces le 9 juillet, soit l’équivalent de plus de 2 956 tonnes métriques. Pour se rendre compte, 2 956 tonnes représentent plus d’or que ce que n’importe quel pays au monde ne possède dans ses réserves officielles, à l’exception de deux seulement : les États-Unis (8 133,5 tonnes) et l’Allemagne (3 363,6 tonnes).

Dans une note datée du 7 juillet, le World Gold Council (WGC / organisation de développement du marché pour l’industrie de l’or) a indiqué que l’intérêt d’investir dans l’or à long terme reste intact.

L’organisation basée à Londres déclare que ‘l’environnement économique et géopolitique reste favorable à l’investissement dans l’or, la plupart des moteurs de la demande d’or existants étant toujours pertinents", et ajoute : "le coût d’opportunité de la détention de l’or reste faible, car l’activité continue des banques centrales maintient les taux d’intérêt bas ou négatifs, alors que plusieurs pays continuent à connaître des niveaux élevés de tension/agitation."

L’argent fait aussi l’objet d’une forte demande. Le métal blanc a atteint les 19,37 $ l’once cette semaine, juste en dessous de son plus haut niveau depuis 52 semaines, à savoir 19,54 $ l’once.

Source : usfunds.com

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *