L’offre de lingots d’or est limitée à cause du Coronavirus

Les négociants font état d’une pénurie mondiale de lingots d’or, l’épidémie de coronavirus ayant à la fois perturbé l’offre et alimenté la demande. Certains comparent même l’achat frénétique du métal jaune à la ruée des consommateurs vers le papier toilette.

Au cours des deux dernières semaines, les investisseurs européens et américains ont acheté des barres, ainsi que des pièces d’or et d’argent, a afin de protéger leur épargne face à l’effondrement des Bourses mondiales et de nombreuses devises.

Mais les plus grandes raffineries d’or ont eu du mal à suivre la cadence en raison de restrictions de plus en plus nombreuses en Europe. Valcambi, Pamp et Argor-Heraeus sont toutes basées dans la région suisse du Tessin, près de la frontière italienne. Les autorités locales ont annoncé ces derniers jours que la production allait être temporairement arrêtée.

Le 9 mars, le prix de l’or a atteint son plus haut niveau depuis sept ans, soit plus de 1 700 dollars l’once, alors que l’impact économique croissant de l’épidémie de coronavirus a poussé les investisseurs à se ruer vers les actifs refuges. L’or a ensuite été emporté par la frénésie de ventes, certains investisseurs ayant dû se défaire de leurs actifs « papiers » pour libérer des liquidités, ce qui a fait chuter le prix à environ 1 530 dollars lundi après-midi.

La plupart des ventes ont été réalisées via des contrats à terme sur l’or ou sur des fonds négociés en bourse et garantis par le métal. Au cours de la même période, la demande au détail de lingots d’or physique a explosé.

Les détaillants ont déjà annoncé des pénuries et des retards pouvant aller jusqu’à 15 jours pour les expéditions. Un broker allemand a déclaré avoir du mal à répondre à la demande pour les lingots et pièces d’or et qu’il avait dû se tourner vers le marché de gros. La demande serait jusqu’à cinq fois supérieure au volume quotidien habituel.

« Nous faisons preuve de créativité pour trouver de nouvelles sources d’approvisionnement, mais la cause de tout cela, ce sont les mesures prises par les autorités pour combattre le coronavirus. C’est tellement imprévisible », a-t-il ajouté.

Le fondateur d’une société de négoce anglaise a déclaré que la situation était sans précédent. « En résumé, nous vendons dès que nous avons des stocks sur place, dans les coffres sécurisés – mais la quantité que nous pouvons obtenir est limitée. C’est un peu comme le papier toilette ».

Bien que les coffres-forts de Londres soient remplis de lingots d’or, ce sont surtout des barres de 400 onces négociés par des grandes banques telles que HSBC et JPMorgan, et non des lingots plus petits que les clients achètent au détail (1 kg (35 onces) ou plus légers).

« Je ne pense pas que vous trouverez un lingot d’un kilo actuellement en Europe ou aux États-Unis, ni en échange d’amour ni en échange d’argent », a déclaré Ross Norman. « C’est assez extraordinaire. »

Un détaillant américain a déclaré la semaine dernière que « le produit est devenu de plus en plus difficile à obtenir car le marché devient de plus en plus volatile ».

Un autre détaillant basé aux États-Unis a déclaré que les commandes des clients seraient retardées de 15 jours, et a imposé une montant minimum d’investissement.

Enfin, un négociant basé à Singapour, a déclaré qu’il payait une prime pour racheter les pièces d’argent et d’or de ses clients afin de reconstituer ses stocks. « Il y a un décalage entre les prix sur le marché physique de l’or et les prix que vous voyez sur votre écran », a-t-il déclaré.

Source : Financial Times

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *