Selon UBS, l’or a encore du chemin a parcourir et pourrait bondir de 5% dans les prochaines semaines

  • Les stratèges d’UBS, Joni Teves et Giovanni Staunovo ont déclaré lors d’une conférence de presse mercredi, que le récent rallye de l’or avait encore du chemin à parcourir, et que l’or pourrait atteindre au moins 1 800 dollars l’once dans les prochaines semaines.
  • Selon eux, l’or, qui a progressé de 15% depuis la mi-mars, devrait encore monter, car les investisseurs le considèrent comme une valeur refuge en cette période de tourmente économique, causée par le coronavirus.
  • Le niveaux d’incertitude élevé et les taux d’intérêt négatifs continuent de garder l’or sous les projecteurs en tant que diversificateur de portefeuille et protection contre les risques.

Lors d’un briefing auquel Markets Insider a assisté par téléphone, les stratèges d’UBS ont décrit les perspectives de la banque suisse pour une gamme de matières premières et comment elles seront affectées par la pandémie de Covid-19.

Voici quelques points importants :

– En accord avec sa vision de longue date selon laquelle le prix de l’or est principalement déterminé par les variations du dollar et les taux d’intérêt, l’UBS continue d’être optimiste pour l’or.
– L’intérêt pour l’or cette année – et la remontée des prix vers les sommets – est une conséquence directe de la chute du pétrole et de l’incertitude générale dans l’environnement macroéconomique. Cette incertitude a entraîné une reprise significative, observée au niveau mondial, de l’intérêt des investisseurs pour les ETF adossés à l’or.
– Au deuxième trimestre, l’or devrait continuer à progresser. Vers la fin de l’année, l’or devrait renouer avec certains gains alors que l’économie mondiale se redressera.
– À court terme, le prix de l’or pourrait dépasser les 1 800 dollars et se stabiliser autour de 1 675 dollars. À terme, le prix de 1 650 dollars constituera un bon support.
– En 2021, l’intérêt stratégique pour le métal précieux devrait perdurer.
– La demande pour les produits de détail tels que les pièces d’or et les petits lingots d’or a considérablement augmenté en Europe. Les ventes de pièces d’or ont particulièrement été élevées. Cela ne compense pas la faiblesse des matières première sur les marchés physiques clés comme la Chine et l’Inde, mais l’intérêt pour les produits de détail indique que l’or continue d’être une valeur refuge en période d’incertitude.
– La faiblesse de la croissance mondiale, due au Covid-19, devrait fortement impacter la demande de la Chine et de l’Inde. L’offre et la demande mondiales sont « assez faibles » et aucune amélioration significative n’est attendue pour le reste de l’année.
– Les achats des banques centrales – qui ont fortement soutenus le marché l’an dernier – ralentissent également cette année, car les taux de change sont sous pression.
– Un environnement très incertain et les taux d’intérêt réels négatifs continuent de garder l’or sous les projecteurs en tant qu’actif de diversification de portefeuille attractif et couverture contre le risque.

Les prévisions d’UBS sont un peu moins optimistes que celles de la Bank of America, qui a déclaré la semaine dernière qu’elle s’attendait à ce que le prix de l’or atteigne 3 000 dollars l’once au cours des 18 prochains mois.

Ce mercredi, Teves et Staunovo ont également brièvement discuté des perspectives pour l’argent, déclarant qu’à court terme, il pourrait se redresser au même rythme que l’or, mais qu’il est peu probable que les gains soient durables.

Selon eux, l’argent est plus largement utilisé dans l’industrie, ce qui signifie que la demande sera probablement faible pendant le ralentissement économique mondial lié au virus.

Source : Businessinsider

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *