Depuis son record historique, l’or s’est replié mais n’a pas dit son dernier mot

L’or, après avoir établi un record historique au mois d’août, à 2.075,5 dollars l’once, s’est replié depuis. Les cours du métal jaune s’échangent désormais autour de 1.934 dollars l’once. Une consolidation normale après le bond enregistré depuis le début de l’année (+ 29,5% en dollars).

La tendance haussière devrait se poursuivre dans les mois qui viennent. Dans une note, Arnaud du Plessis, gérant actions thématiques, spécialisé sur l’or et les ressources naturelles, chez CPR AM, relève trois événements qui se sont produits au mois d’août favorables à l’or.

Le premier tient au changement de politique annoncé par la banque centrale américaine (Fed) qui souhaite désormais privilégier l’emploi aux dépens de la maîtrise de l’inflation. Ce qui signifie en d’autres termes qu’elle devrait poursuivre sa politique monétaire accommodante pendant encore de longs mois, et ce, même quand l’inflation repartira.

Le deuxième, moins anecdotique qu’il n’y paraît, est l’annonce par la holding du milliardaire américain Warren Buffet, Berkshire Hathaway, d’une prise de participation de 600 millions de dollars dans Barrick Gold, une des premières mines d’or au monde. « Quand on sait que Warren Buffet a toujours été un grand détracteur de la devise barbare, la nouvelle a de quoi surprendre », fait remarquer le gérant. Cet investissement confirme que l’or et les valeurs aurifères ont changé de statut auprès des grands fonds d’investissement et des gérants.

Effet de levier sur les titres des mines d’or

Enfin, le troisième événement d’importance dont fait référence le gérant de chez CPR AM réside dans la décision prise par le fonds de pension de la police et des pompiers de l’Ohio d’investir 5% de ses actifs dans l’or. « Quand on sait que les 100 plus grands fonds de pension américains gèrent près de 18 trillons de dollars, on peut imaginer l’effet positif sur le marché de l’or si cette initiative faisait des émules… », conclut-il.

Au-delà de ces événements, d’autres facteurs jouent en faveur d’une poursuite de la hausse des cours du métal jaune : la faiblesse persistante du dollar contre les principales devises, les incertitudes quant à la teneur de la reprise économique, les taux d’intérêt à leur plus bas historique, les aléas géopolitiques, etc. Auxquels il faut ajouter le succès des achats d’ETF adossés à l’or physique dont les encours atteignaient à la fin du mois d’août 3.388 tonnes.

Cette situation devrait aussi profiter aux mines d’or. Depuis le 1er janvier, les valeurs aurifères ont progressé de 44,5% (en dollars), ce qui fait ressortir un effet de levier de 1,5x par rapport à l’or.

Source : www.mieuxvivre-votreargent.fr

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *