Les Vénézuéliens se tournent vers les pépites d’or alors que la monnaie locale s’effondre

Le gouvernement vénézuélien a récemment retiré six zéros à sa monnaie, le bolivar, en proie à l’hyperinflation. Le billet de 1 million de bolivars, qui vaut aujourd’hui moins de 0,25 $, a été remplacé par un billet de 1 bolivar. Dans le même temps, un billet de 100 bolivars, d’une valeur d’environ 25 dollars, a été introduit comme la nouvelle plus haute dénomination. La conversion monétaire était destinée à éviter au gouvernement l’embarras d’avoir à émettre un billet de 100 millions de bolivar et ainsi permettre aux gens d’acheter des produits de tous les jours sans avoir à transporter des liasses de billets, étant donné que le prix d’une miche de pain était passé à 7 millions d’anciens bolivars. Bien entendu, réduire arbitrairement la valeur nominale de la monnaie ne freinera pas l’inflation, car les nouveaux billets peuvent être imprimés à un aussi bas prix que les anciens. Le bolivar a déjà perdu 7% de sa valeur au cours de la seule année 2021 et le FMI estime que le taux d’inflation annuel atteindra 5500% à la fin de cette année.

Il n’est donc pas surprenant que les Vénézuéliens, à l’exception des plus pauvres, n’utilisent plus le bolivar comme moyen d’échange, et encore moins comme réserve de valeur ou unité de compte. Le dollar américain est l’instrument d’échange de prédilection à Caracas et dans les autres grandes villes, tandis que le peso colombien domine le long de la frontière colombienne, en particulier dans la ville de San Cristobal. Le real brésilien est courant le long de la frontière sud avec le Brésil. L’euro et les crypto-monnaies ont également trouvé des utilisations de niche.

Ce qui est très surprenant, c’est l’émergence spontanée d’une monnaie en or pur dans une région reculée du sud-est du Venezuela, autour des villes de Tumeremo et El Callao. La région regorge de minerais de métaux précieux et attire depuis longtemps les chercheurs d’or et mineurs en quête de fortune. Aujourd’hui, cependant, la plupart des grandes mines sont contrôlées par l’armée gouvernementale, qui lutte contre les gangs et les guérillas locales. Malgré la violence et l’anarchie, des Vénézuéliens sans emploi affluent dans la région pour travailler dans des mines illégales en échange de pépites d’or. Par conséquent, les paillettes d’or, que l’on retire des pépites brutes à l’aide d’outils manuels, sont devenues la monnaie favorite dans la région, les prix des produits et des services étant affichés en grammes d’or. Un demi-gramme d’or permet de passer une nuit dans un hôtel local, tandis qu’un repas pour deux dans un restaurant chinois ou une coupe de cheveux coûtent respectivement un quart de gramme et un huitième de gramme.

Les gens transportent les paillettes d’or dans leurs poches, généralement enveloppées dans des billets de bolivar presque sans valeur. Si certains magasins sont équipés de balances pour peser les paillettes d’or, la plupart des vendeurs et leurs clients sont devenus si familiers avec les paillettes qu’ils les évaluent à vue d’oeil. Par exemple, le barbier et son client qui ont effectué une transaction pour une coupe de cheveux ont convenu que trois paillettes d’or équivalaient au prix d’un huitième de gramme (environ 5,00 $).

L’or commence également à être utilisé dans les villes voisines, comme la capitale régionale Ciudad Bolivar, les magasins des centres commerciaux acceptant volontiers l’or des mineurs en échange des dollars.

Pour que l’or devienne une monnaie à part entière capable de concurrencer le dollar et d’autres devises étrangères qui se déprécient, les pépites brutes doivent être frappées dans des formes et des tailles appropriées et leur poids et finesse doivent être certifiés par des raffineries réputées. Cela signifie que tous les obstacles juridiques aux monnaies privées doivent être éliminés. De plus, les taxes sur les ventes et les plus-values sur l’or doivent être supprimées. Comme il est très improbable que ces mesures soient mises en œuvre par le gouvernement Maduro, nous ne pouvons que nous réjouir des avancées réalisées par la monnaie populaire « paillettes d’or ».

Source : Mises Institute

Ce contenu a été publié dans Actualité du marché des métaux précieux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.