Or vs. Bitcoin : l’avis du milliardaire Ray Dalio

D’après Ray Dalio, le Bitcoin est une version digitale de l’or – mais le milliardaire considère clairement que l’un a plus de valeur que l’autre.

« Si vous me mettez un pistolet sur la tempe et que vous dites : ”Je ne peux en avoir qu’un”, a déclaré Dalio, “je choisirais l’or.”

Dalio, qui aura 72 ans dimanche, a révélé en mai qu’il gardait confidentiel le montant dont il dispose en Bitcoin, après avoir exprimé pendant des années ses inquiétudes au sujet des cryptomonnaies. Il ne demeure pas entièrement convaincu par le concept.

« J’ai une très petite quantité de Bitcoins. Je ne suis pas un grand détenteur. » affirme désormais Dalio à CNBC Make It. « Il y a certains actifs que vous souhaitez posséder pour diversifier votre portefeuille, et le Bitcoin ressemble à une version numérique de l’or. »

Dalio est depuis longtemps un partisan de l’or : en 2019 il écrivait sur Linkedin que détenir de l’or contribue à équilibrer un portefeuille, car le métal jaune permet à la fois de diminuer les risques et d’augmenter les rendements. Au cours du deuxième trimestre de l’année dernière, Bridgwater a investi plus de 400 millions $ dans l’or.

Selon Reuters, les banques centrales, au niveau mondial, disposeraient de plus de 35 000 tonnes d’or, soit environ un cinquième de tout l’or jamais exploité. Les banques centrales détiennent de l’or pour diversifier leurs réserves – l’or étant un produit physique fini, il agit comme une protection naturelle contre l’inflation.

Comme l’a déclaré Dalio à Coindesk en mai, le Bitcoin peut aussi aider à se protéger contre l’inflation. Mais s’il était contraint de choisir entre l’or et le Bitcoin, il a précisé qu’il choisirait l’or, pour son rôle de « valeur refuge » prouvé depuis des millénaires.

En d’autres mots, la volatilité du Bitcoin est une préoccupation pour Dalio – et ce n’est pas la seule.

Crainte d’une forte réglementation – ou pire

Selon Dalio, il y a une « chance raisonnable » que le Bitcoin soit interdit par le gouvernement fédéral. En 1934 le président Franklin D. Roosevelt a signé le Gold Reserve Act, exigeant que tous les titres et certificats détenus à titre privé devaient être transférés au département du Trésor américain.

À l’époque, les États-Unis adhéraient au standard or ; Roosevelt pensait booster l’économie du pays qui sortait de la Grande Dépression en dévaluant le dollar. Dalio a confié à Yahoo Finance en mars que chaque retournement économique ou événement inflationniste pouvait provoquer le même genre de décision de la part des gouvernements mondiaux, concernant le Bitcoin et autres cryptomonnaies.

Dalio n’est pas le seul. Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, n’est pas un fan de cryptomonnaies non plus. En avril il les désignait comme des « véhicules de spéculation ». Powell a également comparé les cryptos à l’or, en disant que les hommes ont longtemps donné à l’or « une valeur spéciale qu’il n’avait pas ».

Selon Dalio, le Bitcoin représente une petite pièce d’un gigantesque puzzle d’investissement. « Je le considère juste comme une diversification » a-t-il dit. « De manière générale, je ne sais pas vraiment si le Bitcoin va monter ou baisser. Je pourrais trouver des arguments pour les deux pronostics. »

Il a précisé que la clé, est de réévaluer sans cesse ces investissements – et éviter d’investir plus dans un actif comme le Bitcoin juste parce qu’il performe bien en ce moment. « Prenez garde où vous mettez votre argent ». a-t-il dit.

Source : CNBC make it

Ce contenu a été publié dans Actualité du marché des métaux précieux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.